Prospection téléphonique : une nouvelle loi anti-démarchage

Prospection téléphonique : mise en place d’une liste rouge

Issue du nom de l’ancien ministre délégué à l’Economie sociale et solidaire et de la Consommation, Benoît Hamon, la loi Hamon entre dans le cadre de la liberté de consommation. Elle prévoit en effet de créer une liste anti-démarchage téléphonique pour éviter la surabondance d’appels commerciaux. Sont concernées dans cette « liste rouge » tous les prospects souhaitant faire abstraction sur les campagnes de prospection téléphonique. Elle s’applique à tous les professionnels de la téléprospection et devrait entrer en vigueur en octobre.

Eviter les campagnes à caractère importun

Les campagnes téléphoniques font partie des stratégies marketing les plus plébiscitées par les entreprises. Elles génèrent une grande partie de leur chiffre d’affaires et créent un lien beaucoup plus humain avec le client. Cependant, la prospection téléphonique n’est pas toujours appréciée par les prospects. Au-delà de son caractère commercial, elle peut devenir un sujet de contrariété chez la plupart des consommateurs  car dans certains cas, elle peut paraître abusive. C’est alors dans le but de ne pas déranger les personnes présentes dans une « liste rouge » que la loi Hamon a été  mise en place. Cette initiative a d’ailleurs déjà eu son écho en 2011 lorsque des professionnels de la téléprospection ont décidé de lancer un site internet permettant de s’inscrire gratuitement dans cette liste afin de ne plus recevoir un appel commercial. Une fois avertie, l’entreprise ne pourra plus démarcher auprès de ces « prospects désinscrits » au risque de payer une amende de 75 000 euros.

Privilégier la liberté des consommateurs

Parce que la confidentialité est devenue un sujet d’Etat, cette loi a été mise en place afin de ne pas démarcher sur les prospects qui n’ont pas donné leur accord. Elle a été fondée sur le droit d’opposition classique de la loi de 1978. Ainsi, toute société qui appelle un prospect au détriment de sa volonté, elle sera assujettie à une amende pouvant aller jusqu’à 75 000 euros. Cependant, les appels pour un sondage d’opinion ne figurent pas dans ces conditions car ils ne sont pas considérés comme des démarches commerciales. D’autant plus que les entreprises qui ne souhaitent pas participer à cette initiative peuvent passer outre cette liste. Mais une autre règle stipule pourtant que la loi Hamon pourrait devenir obligatoire. Dans tous les cas, cette initiative peut être bénéfique, tant pour les sociétés que sur les prospects. En effet, si d’un côté, elle permet aux entreprises de téléprospection de créer des contacts pertinents et augmenter leurs taux de réponse, d’un autre, elle évite d’importuner les personnes qui ne souhaitent pas être contactées.

Les commentaires sont fermés.