France : la Commission Start-up d’EuroCloud organise une réunion dédiée aux solutions CRM nouvelle génération

Bien avant que le Cloud computing n’émerge, les logiciels de gestion d’entreprise existaient déjà. Et avec le développement du mode SaaS ou Software as a Service, de nouvelles solutions pullulent sur le marché. Parmi elles, on compte les offres particulières que sont les applications permettant aux entreprises d’améliorer la maîtrise de la relation client : les nouvelles solutions CRM.

Outre les solutions CRM commercialisées en mode SaaS qui sont déjà très nombreuses sur le marché, il y a des outils plus spécialisés  qui sont plus efficaces car très pertinents. C’est ce que va présenter, le 10 décembre 2012, les éditeurs SaaS dans le cadre de la réunion des Start-up ayant développé des solutions d’ERP verticaux en SaaS.

Cette réunion aura lieu à la Bourse du Commerce CCIP de Paris (2 rue de Viarmes, Paris 2ème) et est organisée par la commission Start-Up d’EuroCloud France. A noter que les entreprises qui seront présentées lors de cette réunion sont également les candidats en lice pour les trophées annuels EuroCloud. Toutes les personnes et entreprises souhaitant découvrir ces solutions ou encore y participer, pourront s’inscrire gratuitement en ligne.
Parmi les éditeurs qui répondront à l’appel, on retrouve des références comme Viavoo, éditeur de Social CEM (Customer Experience Management) et opérateur multicalal du verbatim client ainsi que Weboglobin, éditeur d’une solution d’analyse et de reporting de performance web multicanal.

Il est important de porter à la connaissance de tous, et surtout des entreprises souhaitant améliorer leur gestion de la relation client, les nouvelles avancées en matière d’outils marketing et média. C’est dans cet esprit de partage que cette réunion se déroulera à Paris, le 10 décembre prochain.

En France, les sites d’e-commerce s’inspirent du concept américain du Black Friday

Fort de son succès avec 11,2 milliards de dollars de chiffre d’affaires généré, le Black Friday américain inspirent les professionnels du web de toute part, notamment en France avec le lancement du Cyber-Monday, une journée promotionnelles dédiée au produits high-tech. Les plus grands e-commerçants français mixtes ou spécialisés dans la vente des produits technologiques sur internet promettent des offres alléchantes en cette période de fête. Les réductions vont de 10 % à 50%.  Apple, Fnac, Priceminister, Amazon et autres sites importants proposeront les prix les plus bas pour attirer le plus d’acheteurs possible. Ils s’attendaient à ce que 130 millions de consommateurs viennent sur ces sites pour profiter de cette journée de rabais.

 Le cabinet ComScore tablait sur un chiffre d’affaires pouvant atteindre les 2 milliards de dollars pour cette journée, soit une progression de « 100% » en deux ans. Une estimation qui tient la route étant donné que les produits technologiques ont la côte auprès des consommateurs qui sont de plus en plus friands en innovation.

Ce coup d’envoi n’est pas passé inaperçu. Le Black Friday et le Cyber-Monday, en plus de donner l’occasion de s’acheter des produits high-tech au meilleur prix, évitent aux consommateurs de passer des heures à faire la queue ou encore de faire des achats dans le rush. Il faut noter que les ventes réalisées le vendredi 23 novembre 2012 ont connu une baisse de 1,8%, ce qui pourrait s’expliquer par le report des achats au profit du Cyber-Monday.

Référencement : Citer le nom d’une célébrité augmente l’audience sur le Web

Parfois, il suffit de citer le nom d’une personnalité célèbre au bon moment pour générer plus de trafic sur son site web. Le bon moment en question c’est quand la personne est au cœur d’une actualité, d’un buzz. Par exemple, le dernier buzz en date est celui de la journaliste française Audrey Pulvar avec l’annonce de sa séparation d’avec le ministre français du Redressement Productif Arnaud Montebourg. A chaque fois que ce nom est mentionné sur un site, celui-ci obtient généralement des dizaines de milliers de clics.

C’est assez mesquin mais ça prouve que certains noms dopent réellement l’audience des sites, à l’instar des photos « choc » qui font vendre les magazines people comme des petits pains. Mais encore faut-il que la nouvelle soit conforme à la ligne éditoriale du site.
Si pour les stars, un tel engouement ne peut qu’être bénéfique, pour certaines personnes, il crée des problèmes sur le plan professionnel. Il ne faut donc pas oublier que cette surexposition sur internet peut nuire à la personne concernée, notamment au niveau des négociations professionnelles. Ce n’est pas toujours le cas mais pour Audrey Pulvar, être la coqueluche de la toile n’est pas aussi avantageux qu’il n’y parait. En effet, elle a assez de mal à trouver de gros contrats et doit se contenter d’un poste plus modeste malgré sa popularité sur le web.

Les responsables des programmes aiment travailler à l’abri des regards. Quoi qu’il en soit, à moins de nuire à la personnalité en question, citer le nom d’une célébrité permet d’obtenir des milliers de clics, ce n’est pas nouveau mais ça continue de faire recette et il ne faut pas l’oublier pour le référencement de son site.

E-marketing et partage de compétences: chez Groupon, les commerciaux témoignent en vidéo

Fort de son expérience dans la vente, Groupon livre de multiples conseils afin de partager leur savoir-faire. Le site d’achats groupés veut initier l’idée de partage des compétences en vue d’améliorer sensiblement l’exercice du métier de la vente et pourquoi pas, d’inciter les jeunes à s’orienter dans cette voie.  Pour cela, il demande à ces agents commerciaux de faire part de leurs connaissances.

Les vidéos ne sont pas faites au hasard, chaque étape est explicitée par un représentant. C’est le cas de Pascal, commercial sédentaire chez Groupon France, qui explique à un commerçant comment personnaliser un appel téléphonique, orienter la conversation selon la spécificité de l’interlocuteur dans la rubrique « Préparer son premier contact ». Depuis un an, plus de 40 vidéos sont disponibles sur l’espace intranet Groupon Sales. « Cet échange de bonnes pratiques par vidéo est presque devenu une institution chez nous » déclare Paul Choppin de Janvry, responsable de la communication.

Ces films réalisés par le service communication de Groupon sont à la fois formateurs et divertissants, une manière ludique d’apprendre et de comprendre le fonctionnement du métier de la vente et de la relation client. Ces vidéos de partage d’expérience et d’astuces sont un complément à la formation. Différentes thématiques sont abordées : de l’utilisation du nouveau CRM à la  prise de rendez-vous depuis un BlackBerry. Des vidéos montrant la satisfaction des utilisateurs et des commerçants sont également accessibles sur Youtube. Depuis que ces vidéos sont en ligne, une centaine de commerciaux consultent chaque jour l’interface dédiée.

Stratégie web : le choix d’une agence web

Les entreprises privilégient de plus en plus la présence sur le web. Mais avant d’être visible sur le web à travers un site Internet, il faut d’abord trouver la « bonne » agence qui se chargera de la mettre en service. Le choix de l’agence web conditionne la réussite de son projet Internet, d’où l’inquiétude de certains responsables d’entreprises : Que prioriser, les moyens ou les besoins ?

Exister sur internet requiert un investissement certes mais son importance dépend entièrement des besoins de l’entreprise. C’est donc ce qu’il faut déterminer en premier pour un cahier des charges claire et pertinent. Pour cela, il faut des objectifs qualifiés et chiffrés. Consulter les avis et recueillir les besoins des différents collaborateurs en interne est également nécessaire. Une fois bien rédigé, ce cahier des charges permettra de mieux choisir les prestataires de services web car les fonctions nécessaires qui serviront les besoins en question y seront détaillées.

Ensuite, il faut choisir entre trois types de prestataires : les généralistes qui assure l’ensemble des services,  les spécialistes à multi-spécialistes qui sont plutôt experts dans des domaines précis comme les réseaux sociaux, l’e-commerce ou encore la mobilité et enfin, les prestataires sectoriels qui ont un fort savoir-faire métier (luxe, communication publique…). Encore une fois, tout est une question de besoins puis de moyens.

Les besoins sont évidemment différents pour une multinationale et une structure moyenne. La multinationale doit faire appel à un prestataire unique (un grand réseau international) pour plus de cohérence tandis que l’entreprise moyenne devrait recruter plusieurs prestataires en fonction du niveau d’expertise des ressources en internet.