Internet et e-marketing : Le marché des données personnelles en France

La présidente de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés), Isabelle Falque-Pierrotin a récemment écrit un billet à ce sujet. Décryptage.

La première ressource, le carburant de l’économie du numérique, ce sont les données générées par les centaines de millions de consommateurs qui soumettent des informations personnelles aux sites, aux messageries et autres plateformes. Parmi les pays viviers de données, l’Europe est l’un des plus importants en termes de potentialité. Faisant partie du top 20 du Web Index des pays les plus avancés dans l’usage de l’Internet, l’Europe constitue une vraie mine d’or, d’autant plus que son PIB par habitant est l’un des plus hauts de la planète.

Pour la présidente de la CNIL, il ne s’agit pas que d’Internet car les profits favorisés par l’exploitation des données peuvent aller bien au-delà, notamment dans l’innovation des services, surtout ceux qui requièrent le traitement et l’analyse des données des clients. Les données à traiter sont de plus en plus nombreux à mesure que l’Internet se vulgarise, que les nouveaux outils de traitement de l’information se performent ou que les appareils connectés se multiplient.

Face à une telle expansion, les marketeurs se frottent les mains tandis que  le client s’inquiète de plus en plus. Aujourd’hui, la confiance est de mise. D’ailleurs, Mme Falque-Pierrotin a mentionné les résultats d’une récente étude selon laquelle un américain sur 2 décide de désinstaller une application mobile qui collecte des données qu’il ne souhaite pas partager. La protection des données personnelles est donc une question cruciale qui, au lieu d’être considérée comme une contrainte, devient un outil de compétitivité pour les différents acteurs. Isabelle Falque-Pierrotin  recommande d’élever les exigences à l’entrée du marché européen ainsi que l’établissement d’un cadre de protection de haut niveau.

Salon international des TIC : Med-IT 2012

L’ouverture officielle tant attendue de la 9ème édition du Salon international des technologies de l’information Med-IT Algérie 2012 s’est déroulée ce mardi. Ce rendez-vous incontournable des acteurs télécoms se déroule actuellement au Palais de la culture, il durera 3 jours et compte  120 exposants issus du secteur.

Organisée par XCOM Algérie, cette 9ème édition du Med-IT témoigne de la valeur de la filière TIC, particulièrement celle du pays hôte. Ce secteur connaît en croissance toujours aussi importante, si bien que l’on table sur 100 000 emplois directs et 300 000 indirects d’ici deux ans. En outre, elle devrait représenter plus de 4% du PIB alors qu’il y a une vingtaine d’année, elle était encore balbutiante.

Promouvoir une industrie nationale du contenu accompagnant la généralisation des TIC, telle est le souhait de l’Algérie. Le parrain de ce salon et ministre  de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication, M. Moussa  Benhamadi, se prononce à ce sujet durant la cérémonie d’ouverture: «Cette volonté s’est déjà traduite par les mesures incitatives précédemment adoptées par l’Etat et portant notamment sur l’abaissement de la TVA sur les kits servant à l’assemblage d’ordinateurs». Le ministre a également énumérer les nouvelles mesures incitatives concernant l’exonération des droits et taxes de toute production numérique ainsi que l’hébergement des sites web et l’accès à Internet.

«Nous nous employons aujourd’hui davantage à ce que ces mesures fiscales  d’encouragement de la création numérique (…) puissent permettre l’accélération du processus de développement de contenus locaux et l’émergence de start-up innovantes» fait savoir le ministre Benhamadi. Comprenant l’enjeu du numérique poru l’économie, l’Algérie est plus que jamais déterminée à améliorer cette filière.

Navigation Web : Windows 8 et Internet Explorer 10 enfin sécurisés

La faille de sécurité d’Internet Explorer, découverte par l’expert Eric Romang, avait fait l’objet d’une vive polémique sur la toile, au point que certaines critiques recommandaient formellement de ne plus utiliser le navigateur de Microsoft. Celui-ci n’a pas tardé à réagir et a visiblement tenu sa promesse.

En effet, le fail de Flash détecté dans les nouvelles moutures de navigateur et de système d’exploitation de Microsoft a finalement pu être rattrapé grâce à deux correctifs de sécurités développés à cet effet. Microsoft a été dans les temps. La firme américaine avait promis une solution pérenne à cette vulnérabilité dès le vendredi 21 septembre 2012, ce qui est chose faite avec la publication de MS12-063, sa mise à jour de sécurité pour Internet Explorer vendredi soir. Il s’agit d’une mise à jour de sécurité cumulative qui corrige la vulnérabilité due à Flash mais aussi les quatre autres qui n’ont pas été divulguées publiquement.

En outre, Microsoft a finalement revenu sur sa décision d’attendre la commercialisation de Windows 8 pour publier la mise à jour correctrice du plugin Flash Player, mis à jour par Adobe en Août dernier en raison des failles critiques nuisant à sa version autonome. Ainsi, Microsoft profite du moment pour s’assurer qu’il bénéficie d’une collaboration avec Adobe System Inc. afin de procurer des protections de qualité qui s’alignent avec le processus de mise à jour de l’éditeur de Flash. Microsoft va donc suivre les mises à jour trimestrielles d’Adobe en ce qui concerne Flash Player afin que, si nécessaire, une mise à jour soit déployée d’urgence.

Madagascar – Ile Maurice : des perspectives de coopération régionale dans l’agrobusiness

Madagascar dispose d’une énorme capacité pour l’agriculture mais on ne lui donne pas les moyens nécessaires pour creuser ce potentiel. La nouvelle coopération qui est en marche contribuera certainement à combler ce manque. En effet, il se profile une nouvelle dimension dans la coopération commerciale et économique entre Madagascar et l’Ile Maurice, notamment autour de l’agrobusiness. Les opportunités d’affaires à Madagascar ont été présentées la semaine dernière. L’agrobusiness était à l’honneur.

La réunion des représentants de la FCCIM (Fédération des chambres de commerces et d’industrie de Madagascar) qui se tiendra à la CCI de Maurice sera certainement l’occasion de faire le tour des possibilités dans ce domaine. On sait qu’une dizaine d’hommes d’affaires seront conviés à étudier  les différentes opportunités qu’offre le pays, particulièrement celles de la région d’Anosy qui se trouve dans le Sud de Madagascar. Il s’agit de la région qui nécessite le plus d’expertise et d’aide en termes d’agriculture.

En outre, la FCCIM organisera des journées destinées à faciliter les opportunités d’affaires du secteur de l’agrobusiness. Un évènement qui se déroulera les 9,10 et 11 octobre prochains à Fort-Dauphin. Le but est de développer des partenariats commerciaux entre les investisseurs étrangers et les opérateurs malgaches du secteur afin de mieux introduire les produits locaux malgaches dans les marchés internationaux et les chaînes d’approvisionnements. Trois jours de rendez-vous économique au bout desquels des collaborations bénéfique pour le secteur malgache de l’agrobussiness émergeront certainement, surtout avec les investisseurs de Maurice.

Internet : Microsoft déploie un Fix-it en attendant la correction de la faille d’IE

Avant l’application du correctif pour la faille de sécurité détectée dans les versions précédentes d’Internet Explorer, la firme de Redmond invite les utilisateurs à se protéger avec un outil de dépannage provisoire, le Fix it.

Microsoft a réagi très rapidement après la découverte d’une faille de sécurité dans les versions 7,8 et 9 de son navigateur. La firme américaine avait promis le jeudi 20 septembre 2012 de solutionner ce problème le plus vite possible et a assuré que le correctif sortira à partir de ce jour.

Conscient qu’une telle promesse ne suffira pas pour satisfaire certains utilisateurs et surtout pour réagir face aux détracteurs qui recommandent de ne plus utiliser IE, Microsoft décide d’appliquer une mesure provisoire pour les versions en 32 bits, les versions en 64 bits n’étant pas concernées par cette défaillance. Pour cela, il propose d’appliquer un patch « Fix it » sur le navigateur pour le protéger des éventuelles attaques pouvant passer par la faille en question.

Pour appliquer cette rustine, il faut se rendre à l’adresse suivante : www.support.microsoft.com/kb/2757760 et  cliquer sur l’icône « Fix it » de la section Enable. Il ne faut pas se contenter de cette mesure parce qu’elle n’a aucune vertu corrective. Une fois que le correctif sera sorti, il faut vite munir votre navigateur de celui-ci pour que le problème soit « définitivement » résolu.