E-commerce : Paniers abandonnés sur les sites marchands, causes et solutions

Quelles sont les raisons qui poussent les internautes à délaisser leurs paniers alors qu’ils sont à la dernière phase du processus d’achat ?  Décryptage sur ce tunnel de conversion des e-acheteurs.

Bien que le prix reste le facteur le plus important dans les décisions d’achat, d’autres facteurs, secondaires, peuvent aussi influencer le comportement de l’e-shopper. Parmi ces facteurs, la facilité du processus est aussi décisive : un visiteur abandonne vite si le processus d’achat n’est pas simplifié. Il en est de même pour le paiement : il doit être facile et sécurisé.

Certains internautes sélectionnent parfois des articles pour ensuite les sauvegarder, ce genre de repérage est courant sur les sites de vente en ligne. Les e-commerçants doivent aussi tenir compte de la recommandation du site qui est un facteur déterminant pour les internautes qui désirent être rassurés dans leur démarche. Enfin, l’information doit aussi être simplifiée dans la mesure du possible pour permettre aux internautes de faire leur achat dans les meilleures conditions.

Actuellement, les réseaux sociaux contribuent à la conversion des internautes en e-acheteurs. Mais les moteurs de recherche sont les plus importants en termes de génération de trafic puisqu’ils servent à appâter les internautes.   Les moteurs de recherche sont faits pour interpeller les internautes, surtout avec les comparateurs de prix comme Google Shopping. D’ailleurs, il faut noter que Google accumule à lui seul plus de 70% du trafic du e-commerce.

Pour améliorer le taux de conversions, il faut surtout rassurer le client sur tout le tunnel de conversion (livraison, fabrication…), proposer le paiement en tranche, respecter la règle des 3 clics et offrir un maximum de modes de paiement (chèque, paypal, carte bancaire…)

Web Marketing : définir les objectifs, une étape essentielle pour mesurer la performance

Le web diffère des médias classiques par sa mesurabilité et sa rapidité. En effet, le web présente un atout primordial pour le marketing et la recherche de performance en raison du fait que les actions en ligne génèrent des retours quasi instantanés et mesurables rapidement. Le directeur technique référencement chez Activis, Simon Vissol, nous fait part de son expertise concernant le marketing digital et le web. Selon lui, définir ses objectifs est une étape incontournable précédant toute stratégie. La mesure de la performance d’une stratégie dépend de ce préliminaire.

Mais avant de déterminer des objectifs, il faut encore connaître les performances moyennes des différentes actions que l’on souhaite mener. Parmi les plus courantes, Simon Vissol relève le taux de transformation du site web, le taux de clics des liens sponsorisés et le taux de clic d’une campagne e-mailing qu’il explique comme suit :

  • « Taux de transformation de votre site web : Il s’agit du nombre de formulaires remplis ou du nombre de ventes réalisées sur un site web par rapport aux visites de votre site web. Le taux de transformation est en moyenne de 2.5%  et de 5% lors de pics de performances. »
  • « Taux de clics des liens sponsorisés : Sur Google adwords les taux de clics « normaux » sont en moyenne de 3% à 4% pour un coût moyen de 0.90€ à 1€ le clic. Sur Facebook vous aurez environ 0.03% de taux de clics pour un coût de 0.2 à 0.5 € par clic. »
  • « Taux de clic lors d’une campagne d’emailing : Les taux de retour d’une campagne de mailing sont en moyenne de l’ordre de 5 à 12%. »

Si les résultats sont encore en dessous des moyennes, il faut les décoder de manière précise pour en augmenter la performance. Simon Vissol recommande des études de comportement des visiteurs avec Action Side, User Fly ou encore Crazy Egg. Une fois fixés, les objectifs doivent être mesurés, pourtant, les données statistiques ne reflètent que partiellement la réalité : certains outils statistiques comme Google Analytics ne sont effectivement pas fiable à 100%, plus particulièrement en ce qui concerne le nombre de ventes.

La mesure d’une performance est toujours relative à la dernière action de l’internaute. Il faut donc connaître le chemin parcouru par les acheteurs pour parvenir à l’objectif. Ici, l’analyse de Google Analytics s’avère être une nécessité.

2012 : Année record pour l’Automatic Data Processing

Automatic Data Processing (ADP) est un maître des services de Gestion des Ressources humaines, de la gestion des temps et de la paie. Le groupe ne semble pas connaître la crise avec un exercice 2012 très fructueux. En effet, il a acquis plus de 500 nouveaux clients, soit près de 345 000 salariés à gérer en plus par rapport à l’année dernière.

Le domaine de la Paie compte 300 nouveaux clients, ce qui représente au total 180 000 salariés tandis que la gestion des services RH en compte 130 et enfin, le domaine de la gestion des temps a obtenu 110 clients supplémentaires. Le groupe doit surtout cette année record au lancement de ses nouvelles solutions ADP qui répondent exactement aux besoins des entreprises. La solution de service globale ADP Decidium Grandes Entreprises intègre la paie, la RH et la GTA, contribue considérablement à l’adhésion des nouveaux clients pour les sociétés du Middle Market.

De nombreuses entreprises ont également été séduites par les Solutions mobiles, le Bureau Virtuel RH, la gestion des paiements, le Bilan Social Individuel ou encore IJ Services qui gère les indemnités journalières de Sécurité Sociale…autant de services innovants qui ont favorisé de nombreux nouveaux partenariats.

Fort de cette performance, l’Automatic Data Processing ambitionne, pour l’exercice 2013, de s’ériger au rang de leader des solutions RH dans une optique d’externalisation.  Du haut de ses 60 années d’expérience, ce leader mondial de solutions de services et d’externalisation aux entreprises ne cesse d’évoluer et d’accompagner toujours aussi efficacement ses clients.

Résultats inattendus de Google au second trimestre

Le géant de l’internet boucle le deuxième trimestre avec brio : les résultats sont bien au-dessus des prévisions. Jeudi 19 Juillet 2012 : Google annonce une croissance de 11% de son bénéfice net, généré au cours du second trimestre, ce qui représente 2,5 milliards de dollars.

Le chiffre d’affaire du leader du web est également en hausse de 35% à 12,2 milliards de dollars. Autrement dit, des résultats qui dépassent les attentes étant donné que les analystes ont tablé sur un chiffre d’affaire de 8,4 milliards en moyenne. Pareil pour le bénéfice net par action hors éléments exceptionnels qui est à 10,12  dollars au lieu de 10,04 pour les prévisions les plus optimistes.

Les actionnaires vont encore devoir attendre car malgré le fait que la firme ait obtenu 4,25 milliards de dollars de liquidités, elle n’entend toujours leur accorder leur part du gâteau. Ni rachats d’actions ni distribution de dividendes ne sont prévus.

Le co-fondateur du groupe, Larry Page fait part de ses impressions à l’AFP en ces termes : « Nous avons lancé des nouveaux produits excitants » – tablette Nexus entre autres – « Ce trimestre est aussi spécial parce que Motorola fait maintenant partie de la famille de Google » . En ce qui concerne la filiale de  vidéos du groupe (Youtube), le directeur produit Nikesh Arora a précisé qu’elle se focalisera sur « les informations ».
Google continue de cumuler les bons résultats après cette annonce car l’action était en progression de 3,3% à 612,5 dollars à 21h20 GMT durant les échanges électroniques faisant suite à la clôture de la bourse de Wall Street.

Le terminal mobile est le plus utilisé en Chine pour accéder à Internet

La Chine compte désormais 538 millions d’internautes et il s’avère que la grande majorité a tendance à  recourir à leurs smartphones plutôt qu’à leur ordinateur pour se connecter à Internet. Les dernières statistiques dévoilées le jeudi 19 juillet 2012 par une agence proche du gouvernement indiquent que durant le premier semestre, le téléphone portable est devenu le premier moyen d’accès au web en Chine.

Le rapport semestriel du China Internet Network Information (CNNIC) précise que 72,2% des internautes, soit 388 millions de chinois, ont utilisé leur téléphone mobile pour naviguer sur internet contre 380 millions (l’équivalent de 70,7%) utilisant un ordinateur de bureau tandis que certains utilisent les deux. En ce qui concerne les ordinateurs portables, le rapport indique que 242 millions d’internautes chinois, soit 45, 1%, y ont recours  pour se connecter à Internet.

En fin juin, le nombre total d’internautes chinois a atteint les 538 millions. Le CNNIC enregistre un taux de pénétration de 39,9% du web. Le centre tient à noter que la croissance est de plus en plus lente.  Mais par rapport à il y a six mois, les internautes chinois passent encore plus de temps sur Internet : 19,9 heures contre 18,7 heures au semestre précédent.

Les hommes représentent 55% et sont majoritairement âgés de moins de 30 ans. Les trois quarts des internautes sont des citadins. Toutefois, les ruraux sont majoritaires (51,8) parmi les personnes découvrant internet pour la première fois, durant le premier semestre 2012. Par ailleurs, 60,4% de ces ruraux ont utilisé un smartphone pour surfer sur la toile.