Réseau social Pinterest : pour réussir la promo de son site e-commerce

Le réseau social Pinterest se distingue des autres plateformes par les différentes fonctionnalités qu’il met à la disposition de ses membres afin qu’ils puissent valoriser l’aspect visuel d’un contenu à afficher.

Pinterest est en quelque sorte un outil promotionnel qui permet à un propriétaire de boutique en ligne de mieux présenter ses produits et services de sorte à ce qu’ils retiennent l’attention des internautes et augmentent leurs nombre de prospects.

L’ultime vocation des réseaux sociaux est de faire en sorte que les membres tissent des liens entre eux ou encore développer d’avantage les liens existants déjà.  Mais le réseau social Pinterest a bien plus à offrir puisque les gens qui utilisent le site ne sont pas là que pour papoter avec leurs amis mais aussi parce qu’ils recherchent des produits ou des objets qui pourraient les intéresser.

Un e-commerçant avisé choisirait judicieusement Pinterest non parce que c’est un réseau social comme tous les autres mais parce que c’est un véritable magazine contemporain en ligne qui permet de gagner en visibilité et générer  de l’audience pour son site.

Sur Pinterest, on publie un catalogue produit ou une photographie pour attirer les utilisateurs et les inciter à les partager. Mais pour mettre toutes les chances de son côté, il faut faire en sorte que les clichés soient facile à saisir pour éviter que l’internaute le les zappent faute de compréhension.  Il faut aussi veiller à joindre une url à la photo, un lien qui pointe directement sur le produit présenté sur le site marchand. Il faut bien catégoriser le « board »  afin que les internautes le repèrent facilement.

Décrire un tableau de façon bien précise a aussi l’avantage d’en optimiser le référencement. Pinterest a pensé à tout grâce à sa segmentation relativement pratique. Vous pouvez aussi créer un tableau collaboratif pour recueillir les impressions et suggestions des autres membres comme les produits à ajouter au site e-commerce par exemple.

Les NTIC : tremplin de l’éradication de la pauvreté, selon l’UIT à la conférence Rio+20

L’UIT est résolument  convaincu que les technologies de l’information et de la communication sont les précurseurs du progrès et de l’éradication de la pauvreté dans le monde. Elle demande qu’elles soient considérées comme des infrastructures importantes capables de réduire les fractures sociales et de favoriser le développement durable.

Aussi, l’UIT, par l’intermédiaire du Secrétaire général Hamadoun Touré, souhaite que les TIC occupent une place « proéminente » dans les documents qui seront adoptés lors de la Conférence Rio+20 qui débute aujourd’hui à Rio de Janeiro et rassemble des milliers de participants dont certains  leaders mondiaux, des gouvernements, des sociétés civiles, différents groupes ainsi que ceux qui sont issus du secteur privé.

Selon lui, l’incidence de ces technologies sur les trois piliers du développement durable  qui sont l’intégration sociale, la croissance économique et l’environnement durable, n’est pas négligeable. Les technologies de l’information et de la communication « facilitent les changements en profondeur dans divers secteurs cruciaux, de l’énergie à l’agriculture, en passant par les transports, le bâtiment, la santé et l’éducation, ce qui pourrait permettre d’atteindre les Objectifs de développement durable » souligne le Dr Hamadoun Touré.

Pour étayer sa théorie, le secrétaire générale d’ajouter que ces technologies permettraient une protection de l’environnement, un développement social et une croissance économique plus intelligents et moins énergivores. Le Dr Touré argumente en se basant sur les réalisations de l’UIT : travaux de normalisation des technologies vertes intelligentes, radiocommunications au service de l’observation de la Terre, télédétection, services de météorologie par satellite et radars océanographiques…

Pour le Dr Touré, « Les TIC sont les clefs du futur que nous voulons », aussi l’UIT insistera vigoureusement sur la nécessité de corroborer le droit à l’information et à l’accès universel aux TIC dans le projet de document final de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement qui prendra fin le 22 juin 2012.

Gestion informatique : une nouvelle solution maintenance pour TPE/ PME signée Intel

Les petites structures ont besoin d’outils de gestion informatique tout comme les grandes organisations. Le problème de ces petites entreprises réside surtout au niveau de la mise à jour des logiciels et du stockage de données à cause du manque de ressources pour la sécurisation et la gestion du parc informatique. Pour pallier à ce problème, l’éditeur Intel a développé une solution d’automatisation des tâches de maintenance dédié aux TPE/PME , il s’agit du nouveau logiciel Small Business Advantage ou SBA qui est compatible avec les processeurs Core.

Intel SBA permettra aux structures de petite envergure d’optimiser la productivité de leurs employés, la sécurité des données et la performance de leurs ordinateurs. Grâce au SBA, les salariés n’auront plus à consacrer des heures à la maintenance puisque les PC s’en charge durant la nuit même si les systèmes sont éteints. Cela permettra donc de dégager plus d’heures de travail donc plus de productivité.

Outre le fait que les employés sont libérés des tâches fastidieuses de maintenance, le logiciel d’automatisation des tâches de maintenance et de sauvegarde offre aussi une interface utilisateur personnalisable et facile d’emploi grâce à sa simplicité. Intel SBA ne nécessite aucune expertise ni formation préalable. La solution a été conçue sous forme de portail d’application navigable.

Six applications dites de base sont fournies avec le logiciel mais l’utilisateur peut en rajouter selon ses besoins. L’application Software Monitor garde les logiciels de sécurité en marche et prévient l’utilisateur en cas d’attaque et indique les informations à travers un journal des évènements. Le PC Health Center  s’occupe des tâches de maintenance en dehors des heures de travail (mise à jour de l’OS, suppression des fichiers internet temporaire, défragmentation de disque…).

Le Data Backup & Restore pour la sauvegarde et la restauration des données critiques, un USB Blocker pour parer aux tentatives d’accès aux données non autorisées ; Energy Saver pour réduire la consommation électrique et Intel WiDi la projection.

NTIC : «e-Algérie 2013» serait un échec

« e-Algérie 2013 », un  programme gouvernemental propre aux NTIC serait un flop total selon les experts. Ils sont catégoriques là-dessus : l’Algérie n’est pas encore au rendez-vous en matière de modernisation des secteurs clés de l’économie et celle de l’administration.

En effet, ce pays accuse un retard important au niveau du déploiement de l’outil Internet alors qu’au début, il était le modèle des pays voisins que l’on finalement dépassé.  «Nous avons aidé nos voisins à installer leurs centres pilotes pour le développement de l’informatique et des technologies qui lui sont associées et voilà qu’ils nous laissent loin derrière au plan des réalisations!» déplore  le Dr Ali Kahlane- président de l’Association des fournisseurs de service Internet (Aafsi) et patron de Satlinker (entreprise algérienne à la pointe des technologies dans le domaine de l’Internet, de la voix sur Ip et de la vidéoconférence).

Tout a pourtant été étudié au détail près pour la mise en œuvre de ce programme de création d’une e-gouvernance. Une feuille de route a même été élaborée pour définir les différentes étapes à franchir pour y parvenir mais le fait est que «Beaucoup de responsables, notamment auprès de certains ministères, ne croient pas aux vertus de l’Internet et de la messagerie web et préfèrent fonctionner encore par fax».

Lors de la 36e session de formation dispensée par Nedjma aux professionnels des médias, M. Kahlane fait part de ses impressions sur ce projet qui fait l’objet d’un perpétuel ajournement à travers les articles du Journal Officiel qui ne donnent aucune justification. Aussi, il se range du côté de ceux qui pensent que le programme est un échec total.

Fujitsu : Développement de l’offre d’infogérance et ouverture d’un IaaS français

Fujitsu s’apprête à renforcer sa présence dans le secteur de l’outsourcing IT et du cloud avec l’ouverture, cet été, d’une nouvelle plateforme IaaS en France. L’entreprise nippone proposant des solutions d’infrastructure et services d’infogérance s’appuie aujourd’hui sur six datacenters implantés dans le monde.

Lors de l’évènement annuel du groupe japonais à Paris, François Fleutiaux, senior vice-président du groupe pour l’Europe de l’Ouest, a souligné qu’au niveau des solutions d’infrastructures, le groupe va du supercalculateur le plus puissant au monde jusqu’aux smarphones et aux tablettes (14 millions de terminaux mobiles diffusés dans le monde). D’ailleurs, il a laissé entendre que la société aurait aussi l’intention de développer des applications sur le supercalculateur en Europe.

Actuellement, Fujitsu Technology Solutions est classé à la 4ème et 3ème position sur les marchés au niveau mondial avec ses gammes de stockage et de serveurs ainsi que les services d’outsourcing. Le groupe est très ambitieux et optimiste quant au chiffre d’affaire qu’il entend générer en France. En effet, à l’instar de l’Espagne, Fujitsu souhaite être le leader sur les solutions d’infrastructure et l’objectif de croissance vise les 300 millions d’euros de CA, soit 100 millions de plus et ce au plus vite. Notons que la société japonaise réalise 55 milliards de dollars de CA au niveau mondial.

Hervé Garnousset, DG du constructeur en France a cité quelques-uns des gros chalands du groupe dont Mercedes Benz, Orangina Schweppes, Soitec  et Total qu’il va accompagner partout sur la planète.